Gosth in the Shell : Stand Alone Complex - Katatsumuri no Yume
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ghost_in_the_Shell_Stand_Alone_Complex_2nd_GIG_3.jpg

 

  • fiche technique  : Deux saisons de 26 épisodes chacune plus une OAV, datant de 2002 à 2005, série issue de l'univers du manga éponyme de Masamune Shirow.
  • résumé  : En 2030, une unité spéciale d'investigation, la section 9, chargée de la protection des personalités étrangères et de la lutte contre la cyber-criminalité doit mener une série d'investigations plus ou moins périlleuses
  • avis personnel : Cette série futuriste, interroge sur un avenir possible, un avenir où l'humanité aura la possibilité d'intégrer des implants cybernétiques dans les corps afin de booster les capacités physiques et intelectuelles. Dans le même temps, la robotique et l'intelligence artificielle ont fait de tels progrès qu'il est de plus en plus difficile de différencier l'humain de l'artificiel. On touche ici au thème principal² de l'oeuvre : la limite de plus en plus mince entre l'humain et le robot. En théorie, la différence est nette, l'humain possède un gosth alors que le robot dispose d'une IA. Or, au fil des épisodes, on se rend compte qu'en fait, les robots ne réagissent pas toujours comme on s'y attend. Le titre résume à lui seul toute l'intrigue, le gosth fait référence à l'ésprit (peut être même l'âme), alors que le shell renvoie à l'enveloppe, le corps ,   mais également le shell informatique. Grâce à l'humour omniprésent, la série est assez facile d'accès, même si les plus érudits d'entre nous y verront de nombreuses références à la littérature ainsi qu'aux classiques du cinéma (vol au dessus d'un nid de coucou, l'homme qui rit, l'attrape-coeur, ...  ).  Le succès de cette série est autant du aux scènes d'actions dynamiques et métrisées, qu'aux réflexions qu'elle véhicule. Le seul point négatif concerne, à mon sens, les goûts vestimentaires du major (sauf sa tenue d'infiltration que l'on voit sur l'illustration). 
Tag(s) : #animés