exposition Gérôme où l'art de peindre l'histoire - Katatsumuri no Yume
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jean-Léon Gérôme oeudipe

Oeudipe

Portrait de Charles Garnier                                             allégorie de la ville de Nantes

garnier charles gerome portrait charlesg

 

                        gérôme-nantes

L'exposition Jean-Léon Gérôme : L'histoire en spectacle, actuellement en cour (19 octobre 2010-23 janvier 2011) au Musée d'Orsay réhabilite un genre de peinture du XIXe siècle que certains qualifient de "pompier" mais que je préfère utiliser le terme de peinture historiciste, le qualificatif "pompier" étant trop conoté péjorativement et rop vaste.

gerome jean leon le combat de coqs

Le combat de coqs

Paris-Gerome-diogene

Diogène

jean-leon-gerome-pouce baissé

Pollice Verso (pouce baissé)

Aprécié au XIXe siècle, Gérôme est vu par le XXe siècle comme l'archétype de l'artiste academiste à la production sterille. Pourtant, si l'on regarde de plus près, ses oeuvres possèdent une immence force expressive, que l'on apprécie cette production ou pas. Cette impression, résulte d'une conception nouvelle de la peinture d'histoire, plus que de glorifier il faut narrer l'histoire. L'anecdote prend alors souvent le pas sur la grande histoire. Les scènes représentées sont figées soit juste avant, soit juste après l'instant fatique. 

gérôme-la mort de césar

La mort de César

Gerome Jean Leon Duel after a Masked Ball 1857

Duel après le bal masqué

gérôme-ney

l'exécution du maréchal Ney (titre incomplet)

 

La passion de Gérôme pour l'orient occupe une bonne partie de l'exposition. On y voit un Orient fantasmé mais également inspiré de photographies ou de souvenirs de ses voyages qui l'on conduit jusqu'en Égypte et en Palestine.

Gerome grande piscine bursa

la grande piscine du Bursa

art-3 der sklavenmarkt

le marcher aux esclaves  gérôme maurisches bad

le bain maure

L'aspect le plus intéressant de l'exposition à mon sens est la découverte du Gérôme sculpteur, le plus déroutant c'est la polychromie de ces statues. L'autre point novateur est la comparaison entre tableaux et photographies. 

jpg gerome tanagra Jean-Léon Gérôme, Corinthe

Tanagra (marbre)                                                      Corinthe (bronze, fils métaliques) dernière sculpture

jean-leon-gerome-orsay-joueuse de boules

la joueuse de boule (bronze)

Afin de conserver la trace de toutes ses oeuvres, Gérôme commande un grand nombre de photographies, qui sont pour la plupart léguées aux archives nationales.Les photographies exposées font partie de cet imposant fond.

451px-Jean-Leon Gerome

Gérôme

jean-leon-gerome-orsay-photo gladiateurs

Gérôme dans son atelier avec la sculpture des gladiateurs (sa première grande sculpture)

 

L'exposition présente également des oeuvres plus méconues, mais pourtant très originales :

Gerôme, Tête de femme coiffée de cornes de bélier, dite

Tête de femme coiffée de cornes de belier dite la Bacchante

gerome-verite-sortant

La vérité sortant du puit armée de sont martinet pour chatier l'humanité (vrai titre, j'aurai pas osé)

jpg gerome la fin de la seance 

La fin de la séance

Il y a même des oeuvres plus scandaleuses pour des raisons diverses :

Jean-Léon Gérôme pygmalion

Pygmalion (représentation d'une sensualité crue)

et surtout

jean-leon-gerome-intérieur grec

l'intérieur grec (qui ressemble plus à un lupanard romain qu'à un gynécé grec).

 

La mise en scène, sans être très originale, est agréable et efficace. Chacun des sept grands espaces est délimité par une couleur dominante (vert, rouge, bleu, ...). Les sujets des deux dernières salles sont plus originales, puisque l'avant dernière salle est consacrée à la reproduction et à la diffusion des oeuvres qui se développent avec l'émergeance des marchands de tableaux, comme Goupil (beau père de Gérôme depuis 1863). La dernière salle présente les liens entre l'oeuvre de Gérôme et le cinéma, avec de grandes reproductions d'images de films. Juste avant la sortie, il y a même une affiche publicitaire pour un opticien avec un drôle de chien portant un monocle. ...

 

Pour conclure, que l'on apprécie ou pas la peinture dite "pompier", il est toujours intéressant de découvrir le travail de cet artiste aux multiples facettes, dont l'oeuvre à continué d'inspirer, entre autre les cinéastres, longtemps après sa disparition.

Tag(s) : #culture