« Pirates des Caraïbes 5 : La vengeance de Salazar », une mécanique rodée, plaisante, mais sans surprise ! - Katatsumuri no Yume
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Six ans après « Pirates des Caraïbes 4 : La fontaine de Jouvence », Jack Sparrow revient dans de nouvelles aventures. Dans ce nouvel opus, sorti en salle le 24 mai 2017, il devra affronter la vengeance du capitaine Salazar et réparer les erreurs du passé ! Attention Spoils !

À la fin du quatrième épisode de la saga Disney, l’histoire d’amour entre Elizabeth Swann (Keira Knightley) et Will Turner (Orlando Bloom) avait viré au cauchemar et s’était terminée en queue de poisson. Maudit, le couple est condamné à vivre séparément. Toutefois, une fois tous les dix ans, lorsque Will est autorisé à quitter le « Hollandais volant » pour revenir sur la terre ferme, les deux amoureux peuvent enfin profiter un peu de leur mariage.

Huit ans passent, puis dix-sept, la malédiction est toujours là et la famille Turner éclatée. Mais le petit Henry Turner (Brenton Thwaites), qui entre dans sa dix-septième année, ne l’entend pas de cette oreille. Il est prêt à tout pour réunir sa famille, y compris à s’allier avec Jack Sparrow (Johnny Depp), le pirate le plus malchanceux de l’univers !

Jack n’est en effet plus le fringant pirate qu’il était. Des barriques de rhum sont venues à bout de lui. Ivre, ruiné, poisseux, il n’intéresse plus personne. Preuve en est, la récompense fixée pour son arrestation s’élève désormais à un dollar. Quelle déchéance ! Même lorsqu’il décide de faire sauter la banque de Saint-Martin, il parvient certes à ruiner la banque, mais pas à s’emparer de son trésor ! Comble du malheur, il n’a également plus de bateau. Le Black Pearl est toujours emprisonné dans sa bouteille et le rafiot qu’il a bricolé n’est clairement pas conçu pour la navigation.

Dans ces circonstances, il n’est guère étonnant que son équipage finisse par lui tourner le dos. C’est donc dans cette loque humaine que le jeune Henry Turner a placé tous ses espoirs… Pari risqué ou niaiserie sans nom, nul ne peut le dire !

Henry souhaite que Jack l’aide à retrouver le trident de Poséïdon, un artefact légendaire assez puissant pour rompre toutes les malédictions des océans. Heureusement pour lui, l’astucieuse Carina (Kaya Scodelario) va s’inviter dans la partie. Orpheline de naissance, elle aussi désire ardemment retrouver sa famille, notamment son père. Pour ce faire, elle recherche elle aussi le trident de Poséïdon, mais elle a un avantage de poids comparé aux autres : elle est à même de déchiffrer la carte que nul autre homme n’a pu lire avant elle, la carte qui mène à ce fabuleux trident qui commande aux océans ! Elle est l’étoile du Nord qui les mènera à bon port !

Mais leur voyage ne saurait être de tout repos. En abandonnant son compas, Jack a libéré son pire ennemi (un de plus) : Le capitaine espagnol Salazar, El Matador del Mar (Javier Bardem), l’ennemi juré des pirates qui s’était fixé pour mission de libérer les eaux de cette vermine. Impitoyable avec ses adversaires, El Capitán avait presque réussi son entreprise. Mais un jour, il croisa le chemin de Jack le Moineau (Sparrow en anglais) qui lui joua un mauvais tour en lui offrant un aller simple pour le triangle des Bermudes. Le Jack d’alors était espiègle, dynamique, il avait l’esprit vif et une chance de cocu ! Mais le Jack d’aujourd’hui, lessivé par le poids des ans, sera-t-il encore capable de tenir tête au capitaine Salazar, la mort incarnée ?

L’histoire de ce cinquième opus, plaisante et agréable, se déroule sans grande surprise. Elle a cependant le mérite de satisfaire les fans en offrant aux Turner une fin heureuse ! Jack et son équipage y trouveront également leur compte en récupérant un bateau digne de ce nom ! La relève, assurée par le nouveau couple formé par Henry Turner et Carina Smyth, semble annoncer de nouveaux épisodes de Pirates des Caraïbes. Mais ces derniers devront s’étoffer un peu avant de reprendre le flambeau. Ils manquent, pour l’instant, de charisme face aux capitaines Sparrow, Barbossa et Turner père.

Visuellement, le film est également un peu moins bien réussi que les précédents opus. Mais peut-être sommes-nous devenus plus exigeants avec le temps ? En tout cas, l’équipage de morts-vivants de Salazar est des plus réussis. Rien que de les imaginer nous frôler est à vomir ! Les scènes de batailles navales restent également néanmoins épiques, surtout lorsque le navire d’El Matador engloutit, telle une mante religieuse, ses ennemis !

Au final, Pirates des Caraïbes 5 : La vengeance de Salazar demeure un bon film, à voir en famille ou entre amis ! Tous les codes et les personnages emblématiques de la saga sont présents et, même si vous avez l’impression de rester à quai au début, la mécanique du film est si bien rodée que vous finirez par embarquer à bord !

 

Auteur Magali Sautreuil

Informations techniques :

Titre : « Pirates des Caraïbes 5 : La vengeance de Salazar »

Genre : Action / Aventure / Fantastique

Réalisation : Joachim Ronning et Espen Sandberg

Scénario : Jeff Nathanson

Musique originale : Geoff Zanelli

Distribution : Johnny Depp dans celui de Jack Sparrow, Kevin McNally dans celui de Gibbs, Javier Bardem dans celui du capitaine Salazar, Brenton Thwaites dans celui d’Henry Turner, Orlando Bloom dans celui de Will Turner, Kaya Scodelario dans celui de Carina Smyth, Geoffrey Rush dans celui du capitaine Barbossa et Golshifteh Farahani dans celui de Shansa

Production : Jerry Bruckheimer, Joseph M. Caracciolo Jr., Chad Oman, Terry Rossio, Mike Stenson et Brigham Taylor

Distributeur : The Walt Disney Company France

Durée : 2h09

Sortie française : 24 mai 2017

Tag(s) : #cinéma, #culture