A coup sûr : Comédie prévisible et humour suranné - Katatsumuri no Yume
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A coup sûr : Comédie prévisible et humour suranné

Comment y échapper ? A coup sûr, la première comédie de Delphine de Vigan en tant que réalisatrice, est sur toutes les lèvres médiatiques depuis un peu plus d'une semaine. Basée sur un sujet de société, ce film croque avec humour (potache) la poursuite effrénée de la performance sexuelle par une jeune et brillante trentenaire.

Emma (Laurence Arné), élevée dans le culte de la performance et l'idée que le travail acharné permet de palier n'importe quelle lacune a développé de nombreux talents qui lui ont permis de devenir une brillante journaliste dans un journal économique. Sûre d'elle, tout bascule le jour ou un amant de passage lui signifie sa trop grande passivité lors des ébats. Quelques jours plus tard, suite à un malentendu, elle croit comprendre qu'elle a une nouvelle fois réalisé une contre performance.

Dépitée, elle décide de mettre en pratique l'adage familial que tout vient avec la persévérance. Commence alors des séances de lectures coquines, des entretiens avec une star du X, une psychanalyse, une amitié avec l'une des call-girl les plus recherchée de Paris... ses recherches ne tardent pas à entraîner toute une série malentendus et de catastrophes. Très scolaire, sa méthode est visiblement vouée à l'échec entre TP avec un plan Q de seconde zone et refus des évidences.

Ce synopsis déjà boiteux est encore alourdie par des poncifs en tous genres, des amalgames et autres gags prévisibles. Les acteurs (Laurence Arné et Eric Elmosnino en premier lieu) ne sont pas mauvais, mais loin d'être exceptionnels et l'on ne s'attache jamais à leur personnage. Le film manque en général de rythme, de punch, de surprises et d'un petit grain de folie. 

Le sujet qui aurait pu être intéressant s'il avait abordé de manière délurée à la Sex and the city (les débuts de la série) ou au contrraire comme une satire assérée, constructive et élaborée de la recherche de la performance comme fait sociétal. Sachant qu'il y a quelques années déjà l'on nous serinait avec la recherche de l'orgasme à tout prix. Maintenant il n'est même plus question de plaisir mais bien de performance.... La femme objet dans toute sa splendeur. L'on sait qu'en temps de crise chacun à besoin de se détendre devant une bonne fiction, mais le cul pour le cul c'est un peu prendre le spectateur pour un idiot. La vexation n'est pas loin quand, la réalisatrice présente son travail comme une satire sociale et non comme un (télé)film gentillet pour trentenaires un soir d'ennuie. Seul point positif, le film n'est absolument pas vulgaire, ce qui est une prouesse vu le sujet.

 

Vous l'aurez compris, ce film bas de plafond pour ne pas dire uniquement sous la ceinture ne reflète en rien le potentiel du cinéma français. Quand l'on songe à l'excellente comédie La cage dorée sortie il y a à peine un an, on se demande comment un tel écart est possible...

Si le battage médiatique avait été moindre, nous aurons passé à coup sur sous un silence poli comme ce fut le cas pour le décevant Un plan parfait, bancal et prévisible mais tout de même un peu plus drôle... Ceux (bon public) qui recherchent une comédie sans prise de tête à l'humour potache sauront peut-être aprecier quelque peu le film, les autres passeront leur chemin sans se retourner.

Si vous avez 10€ a donner, penssez plutôt à une association caritative.

informations pratiques : 

Date de sortie  (1h31min
Réalisé par
Avec  plus
Genre Comédie
Nationalité Français

 

Visuel : affiche du film

Tag(s) : #cinéma