[live report] Play Again : le jeu vidéo entre rétrospective et nouvelles perspectives à l'imaginarium de Tourcoing - Katatsumuri no Yume
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le nord de la France est décidément un région très dynamique. Après Dunkerque, il y a quelques semaines, c’est au tour de la Plaine Images de Tourcoing de nous impressionner avec une exposition originale sur les jeux vidéo.

Dans la veine de l’exposition Muséogame : une histoire à rejouer qui s’était tenue au CNAM en 2010 et de l’exposition Game Story du petit Palais (10 Novembre 2011 - 09 Janvier 2012), l’imaginarium de Tourcoing nous convie à une exposition à la découverte de la play-histoire, ouvrant également sur de nouvelles perspectives de la production vidéoludique. Aux commandes, l'on (re)trouve Pierre Giner et Annick Rivoire, tous les deux déjà à l'origine de muséogame.

Une ligne du temps présente une grande partie des consoles de salon et portables sorties depuis des décennies. Pour chaque époque, il est possible de tester un jeu mythique sur émulateur, d’où parfois quelques lenteurs, mais quel plaisir de retrouver les héros de notre enfance et les joies de gameplay simples et efficaces. La ligne du temps se termine sur les consoles nexgen (nouvelle génération désignée ainsi depuis l’annonce des Xbox, PS3, etc.) et le test dynamique et euphorisant de dance central sur kinect. Qui a dit que les jeux vidéo rendaient mou ? Notons que le jeu Catherine, déjà cité sur toutelaculture.com est jouable en libre accès.

La seconde moitié de l’exposition est consacrée aux jeux indépendants, tous jouables, et à des projections d’interviews.

La scénographie est simple et originale à la fois. Dès l’entrée, le ton est donné avec une game boy géante diffusant des vidéos. Les consoles et les cartouches sont disposées sur de grandes tables de bois brut. Quelques accessoires insolites sont également présents. Pour permettre aux visiteurs de tester confortablement certains titres et de se sentir un peu comme à la maison, des canapés ponctuent l’espace face à de grandes télévisions. La présence d’un grand glossaire est appréciable pour les néophytes. Au premier étage se trouve une zone de restauration et de détente.

L’imaginarium, situé dans une pépinière numérique, occupe une ancienne usine textile et jouxte le bâtiment d’Ankama, l’un des leaders mondiaux du jeu vidéo et de l’animation grâce à ses licences comme Dofus ou Wakfu reconnaissables par leur design inimitable. D’autres jeunes entreprises numériques dynamiques sont également situées dans l’ancienne zone industrielle. L’imaginarium, jeune structure dynamique, est dédié à la présentation et la mise en valeur des innovations et des productions numériques, tout en les mettant en perspective.

Le lieu n’est pas anodin et, comme nous l’a confié Laurent Tricart le porte-parole de l'exposition, celle-ci a été mûrement réfléchie depuis plus de deux ans et les partenaires, tant institutionnels que privés se sont montrés enthousiastes via à vis de cette proposition.

Si le lieu est idéal, la période est également de plus en plus propice à ce type d'initiative. Le jeu vidéo a débuté y il a plus de quarante ans déjà, et la culture qu'il sous-tend a glissé du milieu border et déprécié à une culture de masse dont les codes sont repris par la publicité. De même aujourd'hui, près de 55% des français se déclarent joueurs (allant du casual gaming au hardcore gaming), la culture gaming devenant, si ce n'est prépondérante, tout du moins non négligeable. On observe également une gamification de la société et des habitudes.

Parallèlement, cette industrie très créative et en plein essor intéresse de plus en plus les chercheurs et les universitaires grâce aux vastes champs artistiques, historiques, économiques et sociologiques qu'elle ouvre.

Suite à ces deux constats, il n'est guère étonnant que l'on assiste actuellement à une patrimonialisation du jeu vidéo. Si les consoles et les cartouches sont des objets muséographiques à part entière, les softwares sont eux préservés dans des institutions telle que la BNF. Depuis peu, le MoMA a ouvert une collection de jeux vidéo. En 2010, a ouvert l'éphémère musée du jeu vidéo sur le toit de la grande arche de la Défense dont la triste disparition résulte plus d'un désaccord entre bailleur et occupants que d'un décalage.Depuis 2010, play again est la troisième exposition française entièrement consacrée aux jeux vidéo. Elle propose en plus de nombreuses rencontres et conférences de grands acteurs de l'industrie vidéoludique.

Page officielle

L’Imaginarium Plaine images 99a Boulevard Descat 59200 Tourcoing, Métro, ligne 2 Arrêt Alsace, Gare TGV (Roubaix) à 3 min, Gares TGV (Lille) à 10 min, Aéroport international de Lesquin à 30 min, events@plaine-images.fr, 03 20 29 89 50

Visuels : ©Sandra Bernard et Affiche de l'exposition

[live report] Play Again : le jeu vidéo entre rétrospective et nouvelles perspectives à l'imaginarium de Tourcoing
[live report] Play Again : le jeu vidéo entre rétrospective et nouvelles perspectives à l'imaginarium de Tourcoing
[live report] Play Again : le jeu vidéo entre rétrospective et nouvelles perspectives à l'imaginarium de Tourcoing
[live report] Play Again : le jeu vidéo entre rétrospective et nouvelles perspectives à l'imaginarium de Tourcoing
[live report] Play Again : le jeu vidéo entre rétrospective et nouvelles perspectives à l'imaginarium de Tourcoing
Tag(s) : #Play Again, #jeux vidéo, #Tourcoing, #la plaine images, #Gamification